Mon chat vomit souvent : pourquoi, et que faire pour l’aider ?

Par Dr Célia Fréré, Vétérinaire
CéliaLe Dr Célia Fréré est une vétérinaire accomplie qui possède plus de 5 ans d'expérience dans le soin, l'éducation et le bien-être des animaux.

De nombreux propriétaires de chat le savent : le vomissement est une chose assez commune chez nos amis félins. Les causes sont cependant variées : nourriture mal digérée, saute d’humeur (et oui !), estomac sensible, ingestion de poils, voire pathologie plus grave. Même si dans la plupart des cas, des vomissements ne doivent pas vous inquiéter outre mesure, il est intéressant de se pencher sur ce phénomène, afin de tenter de l’enrayer.

Tous les vétérinaires vous le diront : des vomissements trop fréquents peuvent à terme irriter l’estomac de notre compagnon et engendrer des acidités voire des ulcères, qui se réactivent à chaque épisode de stress ou d’anxiété.

Vomir est fréquent pour le chat, mais il existe des astuces pour en trouver la cause et y remédier

Dès lors, comment identifier la source de ces vomissements et comment la supprimer ? Nous verrons dans un premier temps qu’il peut être assez aisé de se repérer dans ces vomissements en fonction de leur aspect et de la période à laquelle ils surviennent. Grâce à quelques petites astuces, vous serez rapidement en capacité de dire quelle peut être la cause majoritaire des vomissements que vous observez. Dans certains cas, des mesures simples peuvent ensuite vous permettre de les diminuer ou de les faire disparaître.

Les vomissements répétés peuvent aussi être les premiers signes d’appel d’une pathologie chronique débutante, comme l’hyperthyroïdie ou l’insuffisance rénale chronique. Très répandues chez les chats passant les 12 ou 13 ans, ces deux maladies doivent être détectées tôt afin de pouvoir les traiter efficacement. En effet, plus leur dépistage est précoce, et moins les lésions sur les organes sont installées : le traitement aura alors toutes ses chances de faire effet. Nous aborderons dans une troisième partie les symptômes qui doivent vous amener à consulter votre vétérinaire sans tarder !

Votre chat vomit de la nourriture peu ou pas digérée

C’est le vomissement le plus classiquement rencontré. Touchant en majorité les chats sédentaires, il est la conséquence d’un repas pris trop rapidement. C’est typiquement le cas du chat un peu en surpoids, que l’on rationne au niveau nourriture. Il attend de pied ferme sa gamelle de croquettes et l’engloutit dès qu’elle lui est présentée !

Souvent, quelques minutes après le repas, votre chat régurgite directement ce qu’il vient d’avaler. Ce vomissement, qui ressemble d’assez près aux croquettes qu’il vient d’ingérer, est lié à une prise alimentaire trop rapide et mal adaptée. En effet, programmé pour normalement manger des petites quantités de nourriture 15 à 20 fois dans la journée – le chat est un grignoteur – il supporte difficilement cet apport trop lourd et trop volumineux.

Un chat vomit ses croquettes s’il en mange trop et trop vite : il faut alors adapter sa nourriture ou changer son mode d’alimentation

Par ailleurs, les croquettes pour chat ne contiennent que 10% d’eau. Arrivées dans l’estomac, elles se dilatent rapidement au contact des sucs gastriques et de l’eau que votre chat boit juste après son repas. Le contenu de l’estomac double ou quadruple de volume en l’espace de quelques minutes ! Sous l’effet de cette distension, il commande au cerveau de renvoyer un peu de contenu car il ne peut pas tout garder : c’est ce qui va provoquer des vomissements. Pour mettre fin à ce problème, plusieurs pistes sont à envisager :

  • Vous pouvez opter pour un régime alimentaire mixte, composé à la fois de pâtée pour chat et de croquettes. La pâtée, déjà correctement hydratée (elle contient à minima déjà 70% d’eau) ne gonfle pas dans l’estomac de votre compagnon. Votre chat la mange moins rapidement et sent plus vite la sensation de satiété. Pour un chat de 4 kg, vous pouvez par exemple distribuer l’équivalent de 2 à 3 cuillères à soupe de pâtée ou de bouchées en gelée, matin et soir. Les croquettes sont quant à elles laissées en libre service.
  • Le type de gamelle a aussi une importance : une gamelle anti-glouton permet par exemple de ralentir l’ingestion des croquettes. Votre chat mange moins vite, ce qui facilite sa digestion et lui laisse le temps de se sentir rassasié ; il ingère au final moins de croquettes.
  • Une fontaine à eau pour chat peut compléter l’ensemble de ces mesures. En favorisant une hydratation régulière, elle limite les ingestions massives d’eau suite au repas : la dilatation de l’estomac est plus progressive, ce qui peut limiter aussi les vomissements.

Votre chat vomit des poils

C’est la deuxième cause de vomissement chez le chat. Elle est principalement rencontrée aux périodes de mue, lors des changements de saison, et touche préférentiellement les chats à poils longs. Elle peut occasionner plusieurs vomissements par jour, et provoquer une perte de poids voire une irritation de l’appareil digestif ou des pathologies plus graves : il ne faut donc pas la sous-estimer !

Si votre chat vomit des poils, donnez-lui des compléments alimentaires à base d’huile de paraffine

Lors de la mue, votre chat va favoriser la chute des poils morts par le léchage. Cette action, tout à fait normale chez tous les chats, lui fait avaler de nombreux poils, qui restent coincés sur la langue. Ils forment des boulettes en fond de gueule puis dans l’estomac. En trop grande quantité, les poils irritent la paroi de celui-ci et initient les vomissements. Ils peuvent aussi, dans de rares cas, favoriser d’autres pathologies, comme une constipation chronique ou une occlusion intestinale.

Comment prévenir ces troubles digestifs ? La mesure la plus importante est la lubrification du tube digestif. Elle se réalise en faisant avaler au chat de petites quantités d’huile de paraffine par exemple. Celle-ci va se déposer sur les parois de l’estomac et des intestins et favoriser ainsi l’élimination des poils sans trop d’encombre. Ce genre de lubrifiant peut se trouver dans différentes friandises (comme les friandises Whiskas pour le contrôle des boules de poils disponibles sur Avis) et autres compléments alimentaires prévus à destination de nos animaux de compagnie. Certaines croquettes peuvent aussi en être pourvues ou contenir d’autres substances qui vont aider à l’évacuation.

chat qui vomit souvent
Chat qui vomit : quand faut-il s’inquiéter ?

Tous les autres types de vomissements doivent vous amener à consulter votre vétérinaire. Notamment, voici les vomissements qui doivent vous inquiéter :

  • Le vomissement qui ressemble à de la diarrhée. Il est facile à identifier car particulièrement nauséabond. Il signe un arrêt de transit chez votre compagnon et doit vous amener à surveiller ce dernier de plus prêt. S’il reste isolé et que votre chat continue de manger et de faire ses selles, il n’est pas forcément très grave. Il peut simplement être déclenché par un stress ou un aliment, une proie mal assimilée. S’il a tendance à se répéter, il convient de consulter votre vétérinaire traitant pour qu’il vérifie qu’aucune cause sous-jacente grave n’est à l’origine de ces vomissements. Si votre chat, en plus, arrête de s’alimenter ou a tendance à être patraque, n’attendez pas ! Votre réactivité peut lui sauver la vie.
  • Le vomissement de suc digestif. La plupart des propriétaires de chat parlent de « bile » car le contenu est un peu visqueux et jaune transparent. Il s’agit en réalité de suc digestif. Ce vomissement survient en général lors d’irritation de l’estomac et s’accompagne d’autres signes que vous pouvez remarquer facilement : mâchonnements dans le vide récurrents, bâillements répétés, grincements des dents, ou encore salivation intempestive. Il peut arriver aussi que votre protégé mange plus d’herbe qu’à l’accoutumée. Cette acidité peut être bénigne, et isolée : c’est souvent le cas chez les jeunes chats qui vivent en intérieur. Chez un chat un peu plus âgé, ou qui n’a pas de tendance à l’anxiété, une apparition de ce type de vomissement signe souvent l’arrivée d’une pathologie, comme l’insuffisance rénale, l’hyperthyroïdie, ou encore le diabète. Dans tous les cas, n’hésitez pas à consulter votre vétérinaire : il saura effectuer le diagnostic adéquat et vous conseiller un traitement adapté.