Nourriture humide chat

Nourriture humide pour chat : nos conseils pour faire le bon choix

Tout comme nous, les chats ont besoin d’une alimentation saine et équilibrée pour rester en bonne santé. La nourriture humide, qui regroupe les produits industriels que l’on retrouve sous les termes pâtée pour chat, mousse, bouchée, ou sachet fraîcheur, est le type d’aliment le plus complet et le mieux adapté au système digestif des chats. De par sa composition, la nourriture humide possède en effet de grandes similitudes avec les proies que mangent les chats à l’état sauvage : elle est riche en eau (entre 70 et 80%), riche en viande, et pauvre en glucides.

Néanmoins, comme souvent avec les produits industriels, toutes les marques ne se valent pas ! Certains aliments humides sont déficients en oméga 3, d’autres sont trop riches en glucides ou en minéraux, et beaucoup de fabricants remplacent la viande par des protéines végétales pour diminuer leur prix de revient. Pour choisir de la nourriture humide de qualité premium, il n’y a pas 36 solutions : il faut se reporter aux étiquettes pour en analyser les composants.

Pâtée pour chat : comment décrypter les étiquettes ?

Nourriture chat étiquetteCeux qui ont déjà lu nos guides pour bien choisir les croquettes pour chat sont déjà familiers avec les descriptions parfois complexes des étiquettes. Pour les autres, c’est l’occasion de faire un petit rappel !

La première chose à savoir, c’est que les ingrédients sont listés par ordre d’importance de quantité dans le produit. Par exemple, si le premier ingrédient indiqué sur un boîte de pâtée pour chat est du maïs, comme cela arrive souvent avec la nourriture humide bas de gamme, alors vous savez que le produit contient majoritairement des céréales (ce qui n’est pas une bonne chose, comme nous allons le voir ci-dessous).

Quels nutriments devons-nous retrouver dans de la nourriture humide pour chat pour que celui-ci ait une alimentation complète et équilibrée ?

Une bonne pâtée pour chat doit contenir majoritairement de la viande de qualité (pas de sous-produits), et peu de légumes ou de céréales.

Protéines : le chat est ce qu’on appelle un hypercarnivore (ou carnivore strict). Son métabolisme est adapté pour un régime riche en protéines : les taux conseillés se situent en règle générale aux alentours des 10-15%. Mais surtout, il est important que ces protéines soient d’origine animale et non pas végétale. D’une part, les protéines animales sont plus digestes pour le chat, et d’autre part, votre boule de poils adorée n’est pas capable de synthétiser certains acides aminés qui lui sont pourtant vitaux, et qu’on ne trouve que dans la viande. C’est le cas, entre autres, de la taurine, qui est nécessaire au bon fonctionnement des yeux et du cœur. Comme les ingrédients sont listés par ordre d’importance dans l’aliment, il est donc important que la viande se trouve en 1ère place. De manière générale, méfiez-vous fortement des descriptions du type “sous-produits de viande” ou de la présence de termes obscurs tels que “farines animales” ou “hydrolysats de protéines”. Il s’agit d’une manière détournée de ne pas avouer que ce sont des restes impropres à la consommation humaine (ongles, becs, etc…) qu’on refourgue discrètement aux animaux de compagnie. Si vous avez un doute sur l’origine de la viande, passez votre chemin ! Après tout, il y a bien assez de fabricants pour trouver une alimentation de qualité et transparente.

Matières grasses : les lipides fournissent au chat les acides gras essentiels (AGE), tels que les Oméga 3 et 6, et favorisent l’absorption des vitamines. Ces AGE ont de nombreux bienfaits, qu’ils soient esthétiques (pelage brillant) ou médicaux (réduction des problèmes cardiaques, limitations des insuffisances rénales…). N’allez cependant pas abuser avec les graisses : en cas d’excès, le petit bedon de votre animal de compagnie risque de frotter le parquet ! Misez sur un taux aux alentours de 5-6%.

Cendres brutes : ce sont les minéraux présents dans la nourriture. On détermine la teneur en cendres brutes en chauffant à 550° l’échantillon pour en brûler les composants organiques. Les résidus restants sont principalement des minéraux, notamment du calcium, du phosphore et du magnésium. Comme souvent, tout est une affaire de dosage : pas assez de minéraux, et votre chat s’expose à des carences qui peuvent, par exemple, perturber sa croissance. Trop de minéraux et votre chat risque en vieillissant de développer des problèmes rénaux et/ou urinaires. Le taux de cendres brutes ne devrait pas dépasser 2,5%.

Fibres brutes : il s’agit d’éléments végétaux que le chat ne peut digérer, mais dont la principale utilité est de stimuler le transit. Pour faire simple : plus de fibres, plus de selles ! Comme pour les protéines, la qualité de ces fibres est assez variable, mais contrôler leur origine est bien plus ardu. Visez moins de 1%.

Glucides : à l’état sauvage, les chats ne consomment que très peu de glucides, car les proies dont ils se nourrissent n’en contiennent pas beaucoup (moins de 3% de leur matière sèche, soit moins d’1% de leur composition totale). La nourriture pour chat contient généralement des glucides en plus grande quantité, car ils sont apportés par certains composants comme le maïs ou la pomme de terre qui sont employées comme sources de protéines à faible coût. Ce qui pose problème, c’est que le métabolisme du chat ne lui permet pas d’assimiler de trop grandes quantités de glucides. Un chat qui consomme trop de sucres aura une glycémie anormalement élevée, ce qui, dans la durée, peut entraîner une surcharge pondérale voire l’obésité. Pour éviter cela, il faut privilégier de la nourriture humide avec un taux de glucides le plus bas possible. Malheureusement, ce taux n’est que rarement indiqué sur les étiquettes. Il faudra donc le calculer vous-même, en utilisant la formule suivante :

Glucides = 100 – Protéines – Matières grasses – Cendres brutes – Fibres brutes – Humidité.

Dans le cas assez fréquent où le taux d’humidité n’est pas indiqué, faites le calcul avec le taux moyen : 75%.

Comparatif des meilleures marques de nourriture humide pour chat

Wild FreedomFeringaAnimonda CarnyLeonardoGranataPetCosma Nature
Aperçu Wild Freedom - Aliments pour animaux ultra premium Feringa - Nourriture humide avec compléments alimentaires Animonda Carny - Aliment complet Chats adultes Leonardo - Aliments humides riches en protéines GranataPet Delicatessen pur poulet chat adulte Cosma Nature - Pâtée pour chat adulte sans matière grasse
Saveur
(ayant servie à l'analyse)
Poulet Volaille Cocktail de viandes Volaille Poulet Poulet et crevettes
Protéines 11,0% 10,2% 11,5% 10,0% 10,8% 20,0%
Matières grasses 6,6% 6,4% 6,5% 5,0% 5,8% 0,5%
Cendres brutes 1,8% 2,5% 1,8% 2,0% 2% 2,0%
Fibres brutes 0,3% 0,4% 0,5% 0,3% 0,4% 0,1%
Glucides 0,3% 0,5% 0,7% 2,7% 1,0% 0,4%
Absence de céréales

Alimentation humide, sèche, ou les 2 ?

Pendant longtemps, les croquettes ont été recommandées et privilégiées pour les chats, et ce, pour une variété de (bonnes) raisons. Tout d’abord, les croquettes sont économiques et relativement équilibrées d’un point de vue nutritionnel. Ensuite, comme il s’agit d’un aliment déshydraté, les croquettes ont une durée de conservation relativement longue, même après ouverture du paquet. Elles ont l’avantage de garder leur saveur même lorsqu’elles sont servies depuis plusieurs heures ! Il est donc possible de laisser au chat ses croquettes en libre service du matin jusqu’au soir (gardez en tête que le chat est un “grignoteur” qui fait une quinzaine de petits repas par jour : sa nourriture va donc rester un long moment dans sa gamelle). Enfin, la consommation de croquettes favorise l’hygiène dentaire du chat, le fait de croquer dans un aliment solide permettant un nettoyage mécanique des dents.

Quel est le problème, alors ? Eh bien, comme les croquettes ne contiennent que 7 à 10 % d’eau, elles rendent votre animal enclin à la déshydratation s’il ne s’abreuve pas suffisamment à côté. Et malheureusement, les chats sont des animaux qui ressentent peu la sensation de soif. Il est donc probable que votre chat soit au moins légèrement déshydraté s’il n’est nourri qu’avec des aliments secs. Or, une déshydratation chronique, même légère, peut entraîner des problèmes urinaires et des complications pour la santé.

En intégrant des aliments humides dans les repas de son animal adoré, on est assuré d’augmenter ses apports en eau, car ce type d’aliment en contient beaucoup (entre 70 et 80%.) Ainsi, on limite les risques d’apparition de cystites, de formation de cristaux ou de calculs. C’est pourquoi, de nos jours, les vétérinaires ont plutôt tendance à conseiller la binutrition, c’est à dire un mélange entre les croquettes et la nourriture humide.

Nourriture humide : quelles quantités ?

En règle générale, on considère que les besoins journaliers d’un chat qui ne mangerait que de la nourriture humide sont d’environ 50 grammes par kilo. Si votre chat pèse 4 kilos, il faut donc lui donner 200 grammes de pâtée pour chat ou sachet fraîcheur par jour.

A poids équivalent, une croquette est environ 3 fois plus calorique que la nourriture humide : 100 grammes de nourriture humide équivaut à 30 grammes de croquettes. Si vous souhaitez mélanger les deux types de nourriture, une solution de plus en plus préconisée, il vous suffit de calculer sur cette base les quantités nécessaires pour votre chat. Par exemple, vous pouvez donner à votre chat de 4 kg un sachet fraîcheur de 85 grammes et environ 40 grammes de croquettes.

Cependant, les chats sont naturellement capables de réguler leur prise alimentaire à leurs besoins. Vous pouvez donc vous simplifier la vie et vous contenter de donner à votre animal une portion de nourriture humide le matin et/ou le soir, et lui laisser des croquettes en libre-service en parallèle. Mais si d’aventure vous constatez que votre chat est un peu trop glouton et qu’il prend du poids, il vous faudra alors contrôler sa quantité de nourriture journalière.

Ce guide vous a été utile ? Donnez-lui 5 étoiles :
Nourriture humide pour chat : nos conseils pour faire le bon choix
5 (100%) 3 votes