Nourriture humide pour votre chat : s’y mettre ou non ?

Nous avons parcouru ensemble la jungle des croquettes, et essayé de déterminer ce qui conviendrait le mieux à votre matou. Ce type d’aliment a longtemps été privilégié, pour une variété de raisons.

Tout d’abord, on peut reconnaître la praticité de la croquette: il s’agit d’un aliment solide à la durée de conservation relativement longue, même après ouverture, et facile à stocker.

Par ailleurs, l’aspect croquant (d’où le nom) est appréciable pour le chat et ses dents. Ce type de nourriture favorise l’hygiène dentaire, et un chat qui n’a pas mauvaise haleine, c’est mieux ! Surtout s’il dort à côté de vous.

Cependant, les croquettes ne sont pas parfaites. La tendance est aujourd’hui à proposer un mélange entre les croquettes et la nourriture humide.

La question naturelle est donc: qu’entend-on par nourriture humide ? Il s’agit de tous les aliments que l’on retrouve sous les termes mousses pour chat, pâtée pour chat, bouchées, sachets fraîcheur, etc.

Alors que la croquette est un élément sec, avec un taux d’humidité généralement aux alentours des 10%, la nourriture humide pour chat se distingue par un taux d’humidité se situant vers les 75 voire 80%.

Pourquoi cet intérêt pour la nourriture humide ?

Similitudes avec la nourriture naturelle

L’argument principal en faveur de la nourriture humide est que la composition de ce type d’aliment se rapproche fortement de ce que le chat mange dans son habitat naturel.

En effet, le chat chasse principalement des petits rongeurs qui sont eux-même constitués d’eau à hauteur de 70%. De plus, ces proies offrent au félin une alimentation riche en protéines animales mais aussi pauvre en glucides. Les croquettes, qui contiennent peu d’eau mais beaucoup de glucides (présents dans l’amidon qui sert à solidifier la croquette), s’éloignent de ce régime naturel.

La nourriture humide, au contraire, possède des caractéristiques bien plus proches de l’alimentation du chat dans la nature.

Des études ont analysé le régime alimentaire de milliers de chats dits féraux, c’est à dire que chats domestiques retournés à l’état sauvage. Les résultats des analyses ont révélé que les proies ingérées par ces chats contenaient un taux d’humidité de près de 70 %. Sur la matière sèche restante, la composition était de 62,7 % de protéines, 22,8 % de lipides, 11,8 % de cendres, et un faible taux de 2,8 % de glucides.

Plus de plaisir pour votre matou

Dans notre rubrique sur les gamelles pour chat (mettre lien vers le guide), nous avons vu que le chat se servait principalement de son odorat, bien plus que de son goût.

Comme vous pouvez l’imaginer, l’odeur de la nourriture humide est autrement plus appétissante que celle des croquettes. Par ailleurs, la texture molle est agréable pour votre chat.

Plus important encore, ce type de nourriture peut mieux convenir au chat ayant des difficultés à se nourrir : problèmes dentaires, chat âgé ou difficile, etc.

Enfin, la nourriture humide peut aussi être chauffée pour dégager plus d’arômes encore et ouvrir l’appétit de votre petite boule de poils. La température conseillée ? 38°, la température d’une proie dans la nature.

Note inutile : Il est aussi possible de faire réchauffer des croquettes. Mais cela ne sert à rien.

Limiter les problèmes urinaires

S’assurer que son chat consomme suffisamment d’eau est essentiel. Une carence en eau peut déboucher sur des problèmes urinaires. En intégrant de la nourriture humide dans l’alimentation de son animal adoré, on est assuré d’augmenter ses apports en eau : ainsi, on limite les risques d’apparition de cystites, de formation de cristaux ou de calculs.

Par ailleurs, l’âge joue sur la sensation de soif de nos félins, qui y deviennent moins sensibles. Proposer de la nourriture humide permet de partiellement compenser ce type de problème pour les chats plus âgés.

Éviter l’obésité

L’élément principal de la nourriture humide étant l’eau, ce type d’aliment est bien moins calorique que des croquettes. Imaginez simplement que pour 100 grammes de nourriture humide avalés, votre matou va en réalité ingurgiter 75 grammes d’eau. Cela lui donne une sensation de satiété tout en évitant d’avoir un apport énergétique trop élevé, ce qui est bon pour sa ligne de top model.

Pâté pour chat : quelles quantités ?

En ce qui concerne les quantités à donner à votre animal, on considère en règle générale une base d’environ 50 grammes de nourriture humide par kilo. Si votre chat fait 4 kilos, cela fait donc 200 grammes. Oui, Papa Testeur a fait math sup’.

Evidemment, cela concerne le cas d’un chat qui ne mangerait que de la nourriture humide.

En faisant le parallèle avec les croquettes, pour lesquelles nous avions conseillé environ 15 grammes par kilo, on remarque qu’il faut à peu près 3 fois plus de nourriture humide que de croquette pour arriver aux quantités recommandées.

Cela correspond à l’idée qu’à poids équivalent, une croquette est environ 3 fois plus calorique que la nourriture humide.

Si vous souhaitez mélanger les deux types de nourriture, une solution de plus en plus préconisée, il vous suffit de calculer sur cette base les quantités nécessaires pour votre chat.

Par exemple, il est tout à fait possible de donner un sachet fraîcheur de 85 grammes à votre chat : dans ce cas, vous pouvez enlever environ 25 grammes de croquettes pour compenser.

Evidemment, ce n’est pas une science exacte, mais cela vous permet d’avoir l’idée générale. Comme toujours, il est essentiel de comprendre que chaque chat a ses besoins propres qui dépendent d’une multitude de facteurs: âge, poids, activité, problèmes de santé, race…

Et puisque rien ne remplace l’avis d’un professionnel, abordez bien sûr le sujet régulièrement avec votre vétérinaire.

Comprendre l’étiquette

Ceux qui ont déjà lu les conseils généraux concernant les croquettes sont déjà familiers avec les descriptions parfois complexes des étiquettes. C’est l’occasion de faire ensemble un petit rappel ! Pour les nouveaux… Suivez le guide!

  • Protéines : La base pour combler les besoins en énergie de votre petite boule de poil. Comme expliqué auparavant, le chat est un carnivore par nature. Le but est donc de privilégier les protéines d’origine animale plutôt que végétale.Les taux conseillés se situent en règle générale aux alentours des 10%. Notez qu’il est essentiel de contrôler l’origine de la viande ou du poisson. Comme pour les croquettes, méfiez-vous donc fortement des descriptions du type “sous-produits”. Il s’agit souvent d’une manière détournée de ne pas avouer que ce sont des restes impropres à la consommation humaine qu’on refourgue discrètement aux animaux de compagnie.

    Si vous avez un doute sur l’origine de la viande et qu’internet n’offre aucune réponse satisfaisante, fuyez! Après tout, il y a bien assez de fabricants pour trouver une alimentation de qualité et transparente.

  • Graisses : les graisses fournissent au chat les acides gras essentiels (AGE), tels que les Oméga 3 et 6, et favorisent l’absorption des vitamines. Ces AGE ont de nombreux bienfaits, qu’ils soient esthétiques (pelage brillant) ou médicaux (réduction des problèmes cardiaques, limitations des insuffisances rénales…).N’allez cependant pas abuser avec les graisses: en cas d’excès, le petit bedon de votre animal risque de frotter le parquet! Misez sur un taux aux alentours de 4-5%.
  • Cendres brutes : ce sont les minéraux présents dans la nourriture. Vous entendrez souvent parler de calcium et de phosphore, parfois aussi de magnésium.Comme souvent, tout est une affaire de dosage : pas assez de minéraux, et votre chat s’expose à des carences qui peuvent, par exemple, perturber sa croissance. Trop de minéraux et votre chat risque comme il vieillit de développer des problèmes rénaux et/ou urinaires.

    La valeur maximale souvent indiquée pour les cendres brutes est de 2,5%. Pour aller plus loin, le calcium doit se situer aux alentours de 0,25 à 0,30% environ, et le phosphore autour des 0,2%.

  • Les fibres brutes : il s’agit d’éléments végétaux que le chat ne peut digérer, dont la principale utilité est de stimuler le transit. Pour faire simple : plus de fibres, plus de selles ! Comme pour les protéines, la qualité de ces fibres est assez variable, mais contrôler leur origine est bien plus ardu. Comptez 1% environ.
  • Les glucides : encore et toujours ces satanés glucides ! Si vous ne voyez rien dans la composition, ne cherchez pas : les glucides ne sont que rarement indiqués sur les sachets.Le calcul Glucides = 100 – Protéines – graisses – Cendres brutes – Fibres brutes – Humidité vous permettra de trouver un taux qui correspondra à peu près aux glucides présent dans l’aliment. Normalement, le taux d’humidité est indiqué sur la boîte.

Pour les conditions du repas, le plus simple est encore de se référer au guide général des croquettes.

Tout est clair ? Dans ce cas… Sortez les gamelles!

Coquin : Une nourriture équilibrée pour un chat équilibré. Regardez ce poil soyeux. Comme je suis beau.

Lily : Ouvrir un sachet de nourriture, c’est comme ouvrir un cadeau de noël. Et c’est noël tous les jours à la maison.

 

About the Author

Papa Testeur

No Comments

Laisser un commentaire