Où jeter litière chat

Où jeter la litière du chat ?

Par
AlexDocteur (Ph.D.) en biologie-santé, Alexandre Ho-Pun-Cheung a travaillé pendant 17 ans dans la recherche médicale. Il est maintenant le responsable éditorial de chatparexemple.fr.

Nettoyer la litière est sans doute la corvée la plus pénible que l’on ait à faire quand on a un chat. C’est fastidieux, ça sent mauvais, néanmoins c’est un mal nécessaire lorsqu’on vit avec une adorable boule de poils ! Mais où jeter la litière pour chat ? Doit-on se contenter de la poubelle des ordures ménagères, peut-on l’éliminer dans les toilettes, ou existe-t-il des alternatives plus écologiques ?

En France, les 14 millions de chats qui vivent dans nos foyers utilisent 600 000 tonnes de litière chaque année. Pour la majorité (92 %), il s’agit de litière minérale, sous forme de graviers argileux. Dans ce cas là, il n’y a pas d’autre solution que de jeter la litière avec les ordures ménagères, dans la poubelle non recyclable.

Les litières minérales sont des déchets non-valorisables qui doivent être mis dans des sacs dédiés et jetés à la poubelle non recyclable.

Par contre, ne déversez pas la litière directement dans la poubelle ! Outre les problèmes d’odeur, vous risquez d’avoir des poussières (la litière argileuse est très poussiéreuse) et des germes qui vont se répandre dans l’air à chaque fois que vous ouvrez celle-ci. Mettez plutôt la litière usagée dans un sac dédié, et fermez-le en faisant un nœud pour le rendre hermétique.

Les litières minérales représentent un véritable problème pour les collectivités territoriales responsables du traitement de nos ordures. Il s’agit en effet de déchets ultimes, qui ne sont pas valorisables énergétiquement.

Qu’en est-il des litières biodégradables et compostables ?

Heureusement, la litière minérale n’est pas le seul type de litière pour chat disponible sur le marché. Les litières végétales représentent une alternative écologique très intéressante, d’autant plus que leur pouvoir absorbant est bien supérieur à celui des litières argileuses traditionnelles. Pour la plupart, il s’agit de matières secondaires qui proviennent de scieries (copeaux de bois, sciure) et qui sont donc des déchets valorisés.

Non seulement la fabrication des litières végétales n’épuise pas des ressources minérales non renouvelables, mais les déchets ménagers générés par ce type de produit sont beaucoup moins importants : 64 kg par foyer et par an, contre 270 kg pour les litières argileuses. Par ailleurs, les litières végétales sont par nature biodégradables. Cela ne veut cependant pas dire qu’on peut s’en débarrasser n’importe où. Il convient de jeter la litière végétale usagée dans la poubelle non recyclable, idéalement dans un sac dédié et biodégradable lui aussi (du bioplastique à base de fécules de pomme de terre par exemple).

Les litières végétales peuvent être compostées, à condition de faire attention au risque de toxoplasmose.

Mais les litières végétales ont aussi l’avantage d’être compostables ! Pour autant, ce n’est pas parce qu’il est possible de mettre la litière pour chat dans le compost qu’on peut le faire sans réfléchir : il est nécessaire de prendre certaines précautions.

En effet, la litière souillée par les déjections de nos amis félins peut contenir des germes, et le plus préoccupant d’entre eux est Toxoplasma gondii, le parasite responsable de la toxoplasmose. Cette affection touche 15 à 45 % des chats, sans que l’on s’en rende forcément compte car elle est généralement asymptomatique. Le plus souvent, la toxoplasmose n’entraîne pas non plus de signes cliniques chez les humains en bonne santé, mais si une femme enceinte est infectée pendant sa grossesse, il peut y avoir de très graves complications pour le bébé.

Pour éviter la propagation de ce parasite dans l’environnement, il est important de ne pas prendre le compostage de la litière pour chat à la légère. Il faut s’assurer que pendant la phase de fermentation active, la température du compost atteigne 62°C voire plus, ce qui permet de détruire Toxoplasma gondii. Il est parfaitement normal d’avoir une telle température (celle-ci peut même monter jusqu’à 70°C) dans un composteur lorsque les conditions optimales sont réunies (teneur en oxygène, humidité, ratio carbone/azote). Dans le cas contraire, il est possible de plafonner à 40-45°C, ce qui est problématique.

Par mesure de précaution, il est en outre conseillé de faire maturer le compost obtenu à partir de litière pendant plus de 18 mois, et de ne pas l’utiliser pour le potager. Il faut plutôt le réserver à des plantations non alimentaires (pelouse, fleurs, plantes de haies).

Peut-on jeter la litière pour chat dans les toilettes ?

Les litières sous forme de graviers argileux ne doivent pas être jetées dans les WC, au risque de boucher vos tuyaux d’évacuation. Pour certaines litières biodégradables, cependant, il est indiqué sur le paquet qu’on peut les éliminer dans les toilettes par petites quantités, car elles sont censées être solubles dans l’eau.

Il est fortement déconseillé de jeter la litière dans les toilettes. Même chose pour les crottes de chat.

Faut-il le faire pour autant ? La réponse est non. Quelque soit sa texture, la litière peut former des agglomérats avec le papier toilette et augmenter le risque de boucher les canalisations.

Et même si elle était capable de se dissoudre dans l’eau très rapidement, il y a toujours le risque que la litière soit contaminée par Toxoplasma gondii. Ce parasite est très résistant et arrive à survivre aux systèmes modernes de traitement des eaux usées. Il peut donc se retrouver dans les cours d’eau, lacs et estuaires où sont généralement rejetées celles-ci, et ainsi contaminer d’autres animaux. Le risque est particulièrement important pour les mammifères marins, chez qui la toxoplasmose peut engendrer des troubles neurologiques et comportementaux. A cause de cet aspect sanitaire, il est bien évidemment tout aussi déconseillé de jeter les crottes de chat dans les toilettes.

Chat par exemple ! ©2019-2021 – Tous droits réservés.
Mentions légales en page d’accueil.